Le calepinage est le mot qui exprime, pour un carreleur, le plan de travail. Ce plan doit avoir été réalisé avant l'achat des carreaux car c'est lui qui détermine les quantités nécessaires, une pose en diagonale produisant plus de chutes par exemple qu'une pose droite (également dite "à fond perdu").

 

Si le carreleur a bien calculé ses coupes, le taux de perte ou de chute sera compris entre 2 et 4%. Les plans de travail peuvent être extraordinairement complexes, le carreleur devant travailler au carreau près. Quant aux mosaïques, c'est du travail d'orfèvre. Il existe d'ailleurs des logiciels spécialement conçus pour établir ces plans.

 

Il existe de multiples formes de calepinage (voir tous nos schémas ci-dessous) sachant qu'une pose en diagonale donne une impression de grandeur tandis que d'autres motifs offrent au contraire un sentiment d'intimité. Il est difficile de se rendre compte de l'effet final à travers un schéma. Seul un carreleur qualifié saura, en fonction de la disposition du lieu, utilement vous conseiller. Prenez le temps de discuter avec lui pour ne pas être déçu une fois le carrelage posé ; il est alors trop tard pour revenir en arrière.

 

Enfin, rien ne vous interdit de proposer votre propre plan de travail. A partir d'un croquis, un carreleur sérieux saura faire les calculs nécessaires pour que votre projet prenne forme de façon cohérente dans le lieu désigné et devienne réalité.

Christophe Leray

 

 

10, rue du Moulin Noir
92000 NANTERRE
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
01 42 04 90 30
©Palatino Mentions légales - Glossaire